Cultivons les légumes - Guide le Paysan 1934

Cultivons les légumes - Guide le Paysan 1934

C'est le conseil que donne le Guide illustré de semis "Le Paysan" de 1934. Ce document très utilisé autrefois dans la région est riche de conseils concernant le jardinage à usage familial. Le catalogue commence par la carte des différences de précocité printanière des départements français par rapport à la région parisienne (altitude 50m.) prise comme base. Ainsi, la Haute-Savoie est en retard de 5 jours au regard de Paris pour une altitude moyenne de 500 m. En revanche, l'Ain est en avance de 5 jours pour 200 m. d'altitude, et l'Isère de 10 jours pour 300m. Mais on est loin des performances d'avance germinative du Vaucluse avec 40 jours, ou des Pyrénées Orientales avec 45 jours. Toujours par rapport à la région parisienne.

Pourquoi devons-nous manger des légumes ?

Le Guide illustré de semis "Le Paysan" nous apprend que "le véritable combustible de la machine humaine est le sucre ou l'amidon qui se transforme en glucose sous l'influence des sucs digestifs. Or, les aliments végétaux sont plus riches de glucose que les aliments animaux". La brochure cite comme exemple de solidité et de longevité les ordres monastiques, les végétariens et les populations d'Extrême-Orient qui ne vivent que de légumes et s'en portent bien. Et d'ajouter que "nous avons tous les jours sous nos yeux l'exemple des braves paysans de nos campagnes vivant presque exclusivement des produits de leur potager et qui, forts comme des chênes, travaillent de l'aube au crépuscule dans leurs champs".

Conseil aux jardiniers débutants (extraits) :

Choisissez une parcelle dégagée ne recevant pas l'ombre d'un grand mur ou de grands arbres, avec une orientation sud-est ou sud-ouest et si possible, en légère pente pour éviter la stagnation des eaux de pluie.

Pour tempérer l'ardeur du soleil, aux haies vives trop feuillues qui épuisent le sol et abritent quantité d'insectes et gastéropodes nuisibles, préférez des troènes ou des lauriers suffisamment espacés.

L'emplacement choisi devra être dépierré partiellement en surface et nettoyé des rhizomes de chiendent, de liseron et autres mauvaises herbes ainsi que des racines d'arbres. La forme rectangulaire est la plus pratique pour un potager avec une allée centrale dans le sens de la longueur et les planches de culture de part et d'autre. Ne plantez pas d'arbres sur celles-ci sauf si vous le taillez chaque année. Pour une utilisation agréable en toute saison, il est conseillé de creuser l'allée centrale de 10 cm et de la combler ensuite par des débris de démolition et de cailloux, le tout lié au sable. On peut faire de même plus sommairement pour les petites allées latérales.

La terre de jardin est la meilleure de toutes pour les légumes et les fleurs. Elle est généralement d'un brun noirâtre, douce, légère, retenant assez d'humidité sans excès. Cette terre est celle de tout terrain amélioré par des fumures répétées, allegé s'il était argileux et fort, corsé s'il était léger.

On peut améliorer le rendement d'un sol de différentes façons :

Par les engrais organiques ; le fumier ou à défaut le terreau de feuilles provenant de leur décomposition en tas, particulièrement les feuilles de chêne ou de châtaignier moins acides.

Par le compost : entassez à l'abri de la pluie dans un trou : débris de légumes, cendres, marcs de café et de fruits (pommes, poires, raisins). Ajoutez du gazon, des feuilles et mouillez. Mélangez le tout et arrosez une fois par semaine afin de constituer une pâte homogène. L'utilisation se fait par épandage comme pour le fumier. Vous pouvez alléger votre compost par mélange de 10% à 20% environ de sable et de gravier.

Il existe aussi les engrais de commerce à base d'azote, de phosphate et de potasse qui peuvent parfaitement s'associer aux engrais organiques. (à suivre...)