Le prix du lait - Gilbert Viviant

Le prix du lait - Gilbert Viviant

C'est une des questions qu'avaient à débattre les sociétaires des coopératives fruitières de nos villages. C'est aussi un des aspects méconnus du fonctionnement d'une fruitière.

Le lait était quantifié au kg. Il était livré deux fois par jour par les agriculteurs au fruitier-fromager de la commune. Celui-ci le pesait une fois la "boille" vidée dans un grand récipient-balance surmonté d'un cadran où tournait une aiguille. Le poids indiqué était inscrit sur le carnet de fruitière remis par le producteur. Chaque fin de mois le fruitier remettait à chacun la somme des livraisons mensuelles.

Une fois par an, fin décembre ou début janvier, les agriculteurs élus au Conseil d'Administration et le fruitier-fromager se réunissaient afin de débattre du prix du lait pour l'année à venir. Partant du prix officiel national du kg de lait, la discussion portait sur quelques centimes au-dessus du cours servant à payer l'entretien des bâtiments (fruitière et porcheries) ainsi que l'assurance incendie, le tout à charge donc du fruitier. Ces petits centimes en apparence dérisoires, mais qui multipliés par le nombre total de kg de lait annuel de tous les sociétaires, représentaient en fait une somme conséquente1. D'où des discussions dites "serrées" ou "laborieuses" mentionnées dans les comptes-rendus des séances.

 

A Seynod, le 13 février 19262

Réunion de la nouvelle coopérative fruitière constituée le 9 janvier. Sont présents le Conseil d'Administration ainsi que les frères Daviet fromagers. Ces derniers continuent leur activité dans les locaux même qu'ils ont vendus à la coopérative récemment. Parmi les résolutions à l'ordre du jour figure le prix du lait. De concert avec MM. Daviet, le conseil fixe le prix du kg d'après la moyenne des trois fruitières suivantes, Vieugy, Meythet et Poisy.

A Seynod, le 1er janvier 1927

Le conseil-gérant de la société fruitière de Seynod expose qu'après entrevues avec la municipalité d'Annecy, il résulte que le lait de la société est vendu pour l'année 1927 à la ville d'Annecy au prix ainsi fixé : 1 sou et demi en plus du cours de l'échelle fixant chaque mois le prix du lait dans la région. Toutefois le mois de décembre fixera le prix du mois de janvier, celui de janvier le prix de celui de février et ainsi de suite jusqu'à la fin de l'année.

A Seynod, le 15 décembre 1929

La société vend à MM. Daviet frères tout le lait de ladite société pour l'année 1930. Le prix en est ainsi fixé comme suit : 0.03 centimes par kg en plus du cours des gruyères fixé par la commission arbitrale de catégorie.

A Seynod, le 28 décembre 1933

Le Président entretient l'assemblée au sujet de la vente du lait pour 1934. M. Daviet achète tout le lait de la société pour le prix fixé chaque mois par le comité du syndicat des sociétés fruitières et basé sur le prix des Halles de Paris, c'est-à-dire une nouvelle échelle établie au début de l'année 1934. De plus l'acquéreur s'engage à augmenter le prix basé par les conditions sus énoncées de 1 centime par kg de lait.

Ces quelques exemples d'années de production laitière de Seynod donnent une idée de l'importance que représentaient pour les différents partenaires les discussions sur le prix du lait.

 

1 - Quantité de lait à la fruitière de Seynod pour 1926 : 490 712 kg / 1936 : 612 069.5 kg / 1943 : 268 963 kg 

1960 : 897 714 kg

2 - Société coopérative fruitière de Seynod - Registre des délibérations